Saint-Etienne, un avenir

Michel Dealberti, avocat et ancien bâtonnier stéphanois, président de l’association Histoire et Patrimoine de Saint-Etienne (HPSE), vient de publier une sorte de réquisitoire sans concession sur l’évolution de sa ville de naissance et de coeur, Saint-Etienne. L’ouvrage comporte 24 pages et il s’intitule Saint-Etienne un avenir ? Réflexion d’un stéphanois n’ayant pas un esprit de parti sur sa ville (prix : 5 euros, disponible à la Librairie de Paris).

Michel Dealberti a rencontré l’ensemble des candidats à l’élection municipale stéphanoise,et il en a tiré quelques enseignements dont il nous fait part avec modestie. Il retrace son attachement viscéral à Saint-Etienne, au détriment de sa voisine Lyon, et sa prise de recul sur l’évolution de sa ville. « 40 ans après, il est temps de faire un bilan sans concession et de déterminer si le choix que j’ai fait au sortir de mon adolescence, était le bon et si Saint-Étienne peut trouver son second souffle », écrit-il. Michel Dealberti évoque dans une première partie, en quatre chapitres, « la montée en puissance de la ville, avec ses écueils, ensuite, ses doutes, puis son avenir qui semblait bouché et la recherche d’un second souffle économique ». Dans une deuxième partie, il propose des pistes qui lui « semblent incontournables pour que Saint-Étienne puisse retrouver une part de sa grandeur passée ».

 

DÉSENCLAVER ET BOOSTER LES ATOUTS
Parmi les priorités, le désenclavement de Saint-Etienne par la route, en faisant « sauter le verrou d’étranglement de Givors » avec une nouvelle bretelle permettant de piquer vers le Sud avant d’arriver à Givors, mais aussi en créant une nouvelle voie autoroutière entre La Fouillouse-Andrézieux et Rive-de-Gier/La Madeleine, ensuite en requalifiant l’A47 et en doublant le pont sur le Rhône. Le désenclavement ferroviaire apparait aussi comme déterminant, en reliant Saint-Etienne à la gare de Lyon Saint-Exupéry où se trouve l’aéroport, et grâce au TGV centre passant par Moulins et Roanne jusqu’à Lyon, dont une bretelle pourrait aboutir à Saint-Étienne.

Michel Dealberti constate que « Saint-Étienne dispose d’un site extrêmement séduisant avec la ceinture verte au Sud du Pilat où la nature est aux portes de la ville », mais que « malheureusement (…) une grande partie de sa population a fui pour s’installer au Nord et à l’Est, rendant les trajets habitation/travail difficiles par l’encombrement des routes. » Pour renforcer l’attractivité du chef-lieu de la Loire, l’auteur propose de créer un réseau de RER pour que « l’on puisse aller à Saint-Étienne très rapidement » à partir de Montbrison, Feurs, Saint-Galmier, Rive-de-Gier et Firminy. Michel Dealberti envisage aussi d’améliorer le boulevard urbain, qui « semble s’interrompre à Centre Deux alors qu’il devrait être relié par un tunnel avec le Cours Fauriel ».

Pour le président de l’association HPSE, il serait « nécessaire de gommer les erreurs patrimoniales qui ont pu être commises. Un exemple : les Ursules et l’école de dessin et son jardin ». Autres objectifs : booster les atouts de Saint-Etienne (pôle optique vision, textile médical, sous-traitance aéronautique, mécanique de précision, design, etc.) en n’hésitant pas à créer des zones industrielles plutôt que des surfaces commerciales. D’autres compétences peuvent être développées avec des recherches dérivées de la chimie.

Voilà quelques unes des pistes tracées par Michel Dealberti dans un ouvrage qui se lit facilement, tout en proposant une réflexion approfondie sur Saint-Etienne qui ne laissera pas ses habitants  indifférents.

Chronique co-écrite avec Maxime Petit journaliste au Grisou.fr

http://www.legrisou.fr/2014/03/27/michel-dealberti-reflechit-a-lavenir-de-saint-etienne/

Michel Dealberti Saint-Etienne un avenir ? Réflexion d'un stéphanois n'ayant pas un esprit de parti sur sa ville 2014, 24 pages.5 euros

Ouvrage disponible à la Librairie de Paris à Saint-Etienne

 

Le livre de michel dealberti

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×