Les Boutières n°8 2015

Le numéro 8 des Boutières revient avec de nouveaux articles et de nouveaux contributeurs pour faire connaître cette Ardèche centrale qui, depuis les pentes du mont Mézenc, englobe en grande partie la vallée de l’Eyrieux. La communication d’Alain Amsellem a retenu mon attention autour de deux boutièrots de cœur Roger et Paul Planchon partis de rien. Lors de la dernière publication en 2014, la vie de Roger Planchon avait été déjà  abordé notamment son acte de résistance où il fut le plus jeune décoré de la Résistance à 13 ans ce qui aida grandement à redorer le blason de l’école des lazaristes à Lyon qui l’aidèrent à obtenir cette décoration et faire aussi oublier leur position ambiguë sous le régime de Vichy ! Mais dans cet article, il est plutôt question de faire le portrait de Paul Planchon, réalisateur émérite de 97 téléfilms très connu par le grand public, citons : Châteauvallon, Vidocq, Commissaire Moulin, Les Cordiers juge et flic etc. Contrairement à son frère aîné, Paul Planchon resta attaché à son Ardèche natale et propriétaire de la maison familiale de Noirol de 1880 acheté en liquide avec l’argent de Vidocq à sa famille alors qu’il vivait dans un placard à Paris !

Quatrième de couverture :

Les Boutières, c’est la montagne ardéchoise qui dévale du Mézenc jusqu’au bas-Vivarais et pour les hommes de ces pentes c’est une montagne de difficultés pour assurer le quotidien, autant pour organiser la distribution du courrier, tel que le raconte Jacques Bury, que pour permettre les déplacements décrits par un étudiant de l’école des Mines de Saint-Étienne en 1915 (texte de Roger Dugua).

Cet ouvrage, numéro 8 de Boutières en histoire est cerné par la musique contemporaine, le chant choral, pratiqué et décrit par Max Hildelsheim et la rencontre de Boutiérots bien vivants, récit d’Alain Amsellem, du côté de La Ribe.

 Dans la vie culturelle d’aujourd’hui on se doit de rappeler ces talents qui ont marqué le théâtre et le cinéma : Roger et Paul Planchon. Alain Amsellem montre l’attachement sentimental de ces Ardéchois déracinés, à leur montagne.

Louis Jouvet a-t-il vécu en Boutières ? Jean-Marc Gardès insiste sur la construction des voies ferrées en Ardèche pour évoquer cet autre homme de théâtre.

Le récit de la période de la Guerre 1940-1945 se poursuit, après la bataille du Cheylard, par l’évocation du bombardement des Ollières en 1944, sur lequel Michel Riou a enquêté.

Mais Boutières en histoire reste fidèle à ses études anciennes, au temps du XIIIe siècle avec les commandeurs de Devesset, de Georges Vignal, et du XVIIe pour les testaments de Saint-Andéol-de-Fourchades. Albert Roche, quant à lui, a découvert un animal légendaire le Jumart. Nous sommes au temps de Buffon !

Pour parler du pays, il faut en connaître les hommes et les femmes et leurs noms de famille. Georges Massot apporte sa contribution à cette étude.

 Collectif Boutières en histoire 2015 N°8, 205 p. ISBN 978 2 919762 45 3,  21,00 €

http://www.editionsduroure.com/boutieres_N8/boutieres%20n8.html

Boutieres 8

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×