Le Centre d’histoire sociale de la Haute-Loire propose son cahier n°5 année 2014 publié aux Editions du Roure. Cette dynamique association a été créée en 2008 avec un triple objectif : Favoriser les recherches sur l’histoire sociale de la Haute-Loire, publier les travaux de recherches et organiser des expositions, colloques et autres manifestations pour faire connaître l’histoire sociale de la Haute-Loire.. Quelques exemples de thèmes d’étude du CHS-HL : L’histoire de groupes sociaux, les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui, l’histoire de  mouvements de pensée, d’organisations d’aide sociale, l’histoire des mentalités et les paroles de femmes : recueil de mémoire ...

De nombreuses études sont proposées dans ce nouveau numéro avec celle du directeur de la publication René Dupuy autour de la France qui commémore le début de la Première Guerre mondiale. Ici, comme ailleurs, l’histoire sociale questionne celle qui devait être « la der des ders ». Puis, Didier Bourdelin, a retrouvé les journaux de l’été 1914 et se pose la question d’une mobilisation générale « la fleur au fusil » ? Ensuite, la vie dans les écoles de campagne (Anna Philippon) et l’antagonisme entre l’école publique et l’école catholique, au temps des béates (René Dupuy), qui replongent le lecteur dans le très difficile débat en Haute-Loire entre enseignement laïc et enseignement privé.

A travers l’étude du fonds Crespy et des mémoires de premier plan d’un acteur de cette délicate période, Jean-François Arnould essaie de décrypter cette occupation allemande, lors de la Seconde Guerre mondiale, au Puy-en-Velay. Notamment, il fait ressurgir la question de la nature de la Wehrmacht: armée de garnison ou armée d’un occupant dominé par l’idéologie nazie ? En 1977, Pierre Crespy a fait ressortir de ses tiroirs les cahiers où « il avait noté les faits et les gestes des uns et des autres, les conversations au jour le jour et les portrait d’une douzaine d’allemands de divers grades. » En effet, quand l’armée allemande est arrivée au Puy à la fin de l’année 1942, le maire Eugène Pébellier a été prié de « mettre à la disposition des occupants un employé municipal pour les accompagner dans leurs demandes de locaux et d’approvisionnements. Ce rôle avait été confié à l’adjoint du secrétaire général de la mairie Pierre Crespy. »

Une autre communication sur la même période avec celle de Renée Vaggiani qui évoque Mela Volle, née Berger a combattue toute sa vie, depuis son Autriche natale puis en France l’idéologie allemande pendant la Seconde Guerre Mondiale. Enfin, l’histoire de la Haute-Loire est aussi parsemée de littérature. Marie-Christine Baquès compare les écrits de Jules Vallès et de George Sand, pour décrire, au XIXe siècle, un pays rude, pauvre, enclavé, misérable.

Le sommaire de la revue numéro 5 année 2014 :

Au sommaire d’Histoire sociale Haute-Loire 2014, des textes de René Dupuy : «  À l’occasion de sa commémoration, l’histoire sociale questionne la Guerre de 14-18»; Didier Bourdelin : « L’été 1914 en Haute-Loire » ; Marie-Christine Baquès : «  De George Sand à Jules Vallès : regards littéraires sur la société du XIX­e siècle en Haute-Loire » ; Renée Vaggiani : « Une femme de l’ombre : Mela Volle, née Berger  » ; René Dupuy : « Guerre scolaire au temps des béates à Saint-Privat-d’Allier » ; Jean-François Arnould : « Le Puy-en-Velay, 1942-1944, les occupants: armée allemande ou armée nazie ? » ; Anna Philippon : « Mes petites écoles de campagne ».

 

http://histoire-sociale-haute-loire.fr/

http://www.editionsduroure.com/histoire_sociale_HLN5/Histoire_sociale_HLN5.html

 

Histoire sociale hln5

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×