Le monde ouvrier face à la Grande Guerre.

Collectif Le monde ouvrier face à la Grande Guerre. Le bassin de Saint-Étienne de 1910 à 1925. Actes Graphiques, 2017, 302 pages ISBN 978-2-36863-044-4 Prix : 24 euros

Publié avec le soutien de la Mission du Centenaire, de la ville de Saint-Étienne et de l’association Jaurès dans la Loire.

Les actes du colloque des 4ème Rencontres d'histoire ouvrière de Saint-Etienne tenues les 20 et 21 janvier 2017 apportent de nouveaux éclairages sur cette période étendue à l'avant-guerre et l'après -guerre pour essayer d'en mesurer l'impact. Le thème de ces Rencontres était « Travail, ouvriers et ouvrières au temps de la Grande Guerre. Le bassin stéphanois de 1910 à 1925. »

Au fil des pages, on découvre ou on redécouvre que dans le bassin stéphanois, une des plus vieilles régions industrialisées du pays mais aussi que ce fut un des berceaux du mouvement ouvrier français.

Deux communications ont retenu mon attention :

- Celle du doctorant Antoine Vernet, laboratoire Triangle, Université Lumière Lyon 2 (qui prépare actuellement une thèse sur la formation professionnelle à Saint-Etienne aux XIXè et XXè siècles) qui porte sur l'action du patron social et patron de combat de Joseph Leflaive aux usines de la Chaléassière (1898-1925). Grâce aux archives familiales inédites, nous abordons l'histoire de ces usines stéphanoises qui ont occupé près de 5000 ouvriers à Saint-Etienne soit le 3ème employeur privé du bassin (hors mines) avant la liquidation de Leflaive § Cie en 1926.

- Et celle de Jean-Paul Martin abordant la vie du syndicaliste Laurent Moulin (1885-1975) soit le parcours singulier d'un ouvrier chambonnaire passant du syndicalisme révolutionnaire à son départ pour l'Algérie. Dans sa jeunesse, c'était un acteur important des grandes luttes ouvrières menées au Chambon Feugerolles et il était aussi devenu un militant libertaire, après avoir été quelque temps, socialiste. Un destin singulier que Jean-Paul Martin a croisé lors de son mémoire de maîtrise d'histoire dans les années 1970 !

Pour terminer, les illustrations sont nombreuses, de très bonne qualité et elles sont également très bien choisies.


Présentation de l’ouvrage :


De l’automne 1917 au printemps 1918, Saint-Étienne s’est trouvé au centre d’un mouvement de contestation qui remit en cause, tout à la fois, la politique gouvernementale, la conduite des opérations militaires et la direction nationale de la CGT.


Étudiant les conditions de travail, avant et pendant la guerre, des ouvrières et des ouvriers au sein de grandes entreprises (la Manufacture française d’armes et de cycles de Saint-Étienne, les Forges et ateliers de la Chaléassière) ou de branches (les laceteuses de la vallée du Gier, les métallos de la vallée de l’Ondaine, les mineurs), analysant les mouvements de grève des derniers mois du conflit et des temps de paix précédent et suivant la Grande Guerre, ainsi que les débats et les remous qui agitèrent les milieux syndicaux, l’ouvrage propose un tableau de cette région industrielle, de ses habitants, des difficultés qu’ils ont affrontées à l’époque de la Grande Guerre.

Éclairant les aspects de la vie des ouvriers des villes de la région stéphanoise, le rôle des grands acteurs (Albert Thomas, Clovis Andrieu, Alphonse Merrheim, Étienne Mimard, Joseph Leflaive, etc.), l’écho qu’y rencontrèrent les débats nationaux et internationaux (la guerre ou la paix, la Révolution russe), ce livre permettra de mieux connaître ces événements qui ont marqué les mémoires locales et l’histoire du pays.



Avec des contributions de Maurice Bedoin, Jean-Paul Bénetière, Henry Destour, Daniel Durand, Georges Gay, Jean Lorcin, Jean-Paul Martin, Luc Rojas, Jean-Michel Steiner, Antoine Vernet et Michelle Zancarini-Fournel.

Jean Lorcin, "1917 : un révélateur des tensions du monde ouvrier stéphanois", p. 7-20.
Michelle Zancarini-Fournel, "Ouvriers, ouvrières et politique patronale : l’entreprise Mimard pendant la Première Guerre mondiale", p. 27-36.
Antoine Vernet, "Patron social et patron de combat. L’action de Joseph Leflaive aux usines de la Chaléassière (1898-1925)", p. 41-73.
Luc Rojas, "Entre recomposition temporaire et intensification de la production : le travail dans les houillères stéphanoises (1914-1918)", p. 83-92.
Georges Gay, "Du mythe de la laceteuse à l’affirmation de l’ouvrière textile (1850-1920) : comment la Grande Guerre accéléra et acheva une évolution", p. 103-113.
Jean-Paul Martin, "Laurent Moulin : le parcours singulier d’un ouvrier chambonnaire, du syndicalisme révolutionnaire à l’Algérie", p. 117-128.
Jean-Michel Steiner, "Ouvriers, syndiqués et syndicats du bassin stéphanois à l’époque de la Grande Guerre (1911-1918)", p. 133-147.
Daniel Durand, "Les grèves de mai 1918 dans la Loire : d’une histoire singulière aux questionnements généraux", p. 159-178.
Maurice Bedoin, "De la guerre à la guerre sociale ? Mineurs, métallos et cheminots en grève (1919-1920)", p. 183-194.
Jean-Paul Bénetière, "La naissance et les premières années de la CFTC dans le bassin stéphanois : un “syndicat du juste milieu” dans une situation révolutionnaire ?", p. 201-212.
Henry Destour, "Contribution à là l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et du mouvement ouvrier dans la Loire (1917-1924)", p. 219-235.

http://www.gremmos.lautre.net/

16 6e696


 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×