Histoire sociale 8

Histoire sociale 8

Collectif Histoire sociale n°8 / 2017 Editions du Roure 2017, 254 p. ISBN 9782919762538 22 euros

La dernière livraison du collectif d'historiens revient avec cette huitième édition toujours aussi riche et intéressante de sujets variés. L'article de René Dupuy nous permet de découvrir la construction d'un article à partir d'une ligne d'informations lue aux archives départementales de la Haute-Loire où citons « 173 morts ! 173 prisonniers de guerre allemands sont décédés au camp de Brioude après la dernière guerre, dont 168 en neuf mois, de la fin mars à la fin décembre 1945. » A partir de là, René Dupuy se lance dans les recherches pour faire connaître les dessous historiques de ce dramatique épisode donnant lieu au final à 42 pages d'investigation passionnantes.

Autre article tout aussi intéressant avec l'exemple de ces miliciens des Brigades internationales transférés depuis les Pyrénées-Orientales vers la Haute-Loire en novembre 1938 qui ont été retrouvés par l'historien Georges Chanon. Il dresse là un portrait de ces hommes oubliés de ce conflit international assignés à Alleyras dont cinq allemands, un bulgare, un italien, un autrichien et un apatride.

Cette nouvelle édition de ce collectif d'historiens est à découvrir rapidement pour tout passionné d'histoire sociale.

Quatrième de couverture :

Pendant la guerre Civile espagnole (1936-1939) la France a dû accueillir près de 500 000 réfugiés qui se sont retrouvés dans des camps d’hébergement, comme celui de Langogne, présenté ici par Raymonde Prat. Malgré l’accueil mitigé qu’ils ont reçu, beaucoup ont choisi de rester dans notre pays et de s’y intégrer.

Quelques-uns, du fait de leur engagement militant aux côtés des Républicains, ont été l’objet d’une surveillance constante par les autorités françaises. Georges Chanon a retrouvé le dossier de neuf membres des Brigades internationales assignés à résidence à Alleyras.

La Deuxième Guerre mondiale a bouleversé la vie de millions de personnes. Jean-François Arnould poursuit sa chronique de la vie d’un quartier du Puy-en-Velay: voici le boulevard Carnot libéré.
Après la guerre, vient le temps de la reconstruction. C’est à cette tâche qu’ont été astreints, de 1945 à 1948, plus de 3000  prisonniers allemands en Haute-Loire. Leur histoire est relatée par René Dupuy, d’abord au camp de Brioude où ils ont souffert de la faim et sont morts en grand nombre, puis sur les chantiers, dans les mines, les usines et les fermes.

L’évolution des relations de l’homme avec son environnement intéresse aussi l’histoire sociale. Maryse Tort, botaniste universitaire reconnue, étudie la perception des zones humides, les tourbières, du XIXe siècle à nos jours.

Militant écologiste, Martin Arnould relate les épisodes de la mobilisation qui mit en échec le projet de barrage à Serre de la Fare.

Michel Rondet (1841-1908) passa l’essentiel de sa vie de mineur et de militant dans la Loire mais il a vécu six ans en Haute-Loire où il est mort. Raymond Vacheron présente ce précurseur du syndicalisme.
Avec sa brève histoire de l’hôpital d’Aiguilhe, Romain Guilloux, fait revivre cet établissement créé sous Adhémar de Monteil au XIe siècle, ce qui en fait un des plus anciens hôpitaux construits en France, et qui perdura jusque vers 1700.

Au sommaire d’Histoire sociale Haute-Loire 2017, des textes de René Dupuy, Raymonde Prat, Romain Guilloux, Jean-François Arnould, Maryse Tort, Georges Chanon, Raymond Vacheron et Martin Arnould.

 

http://www.editionsduroure.com/histoire_sociale_HLN8/histoire_sociale_N8_2017.html

Le site de ce collectif d'historiens :

http://histoire-sociale-haute-loire.fr/

Histoire sociale 8 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site